Username:

Password:

Fargot Password? / Help

Actu Yemaya

0

Le secret qui a changé ma vie, samedi 29 septembre sur TF1 Reportages

Un reportage de Charles Bernard
Un secret de famille peut parfois bouleverser un destin. Une simple photo, un vieux papier et c'est tout le quotidien qui bascule. Comment réagir lorsque des certitudes s'effondrent ? Des vérités qui s'envolent et une vie à reconstruire. Marie a 50 ans, elle est blanche de peau. A la mort de sa mère, elle met la main sur un vieux document qui lui apprend que son grand-père était noir. Troublée par cet ancêtre antillais dont elle ignorait l'existence, elle est partie à la recherche d'éventuels cousins, en Martinique… Alors qu'il rend visite à son notaire, Patrice, 62 ans, découvre pour la première fois son acte de naissance. Il comprend alors qu'il a été adopté, seulement quelques jours après être venu au monde. Un secret que ses parents adoptifs lui ont toujours caché. Le sentiment de mensonge est trop fort pour cet ancien enseignant. Appels à témoins, archives, documents officiels : Patrice remue maintenant ciel et terre pour retrouver celle qui lui a donné naissance. Christophe menait une vie ordinaire : mari et père comblé, une carrière de militaire sans embûches. Il pensait être à l'abri de tout. Mais lors d'une dispute avec sa femme, il apprend qu'il n'est pas le père biologique de sa fille. Sa compagne menait une double vie. Détruit et en instance de divorce, il n'a pour autant pas abandonné celle qu'il considère être comme sa seule et unique fille.
0

La RCEA, la route de la mort dimanche sur M6 dans Enquête Exclusive

Un film de Guillaume Cauchois
RCEA. Quatre lettres, pour Route Centre Europe Altlantique, qui font trembler tous les automobilistes et chauffeurs routiers qui l’empruntent. En deux ans, 24 personnes ont perdu la vie sur un tronçon d’à peine 100 kilomètres dans l'Allier. Sur le bord de la chaussée, les silhouettes noires qui marquent les lieux d'accidents mortels se succèdent pratiquement tous les kilomètres. Tous les jours, plus de 15 000 véhicules, dont près de 50 % de poids lourds, fréquentent cette nationale à deux voies, très étroite et monotone. Les services d'urgence la redoutent. Gendarmes, dépanneurs et pompiers craignent pour leur vie à chaque fois qu'ils interviennent sur cet axe. Quant aux riverains, ils militent pour le doublement de la voie. Mais rien n'est prévu avant 2017...
0

La folie du chinois diffusé dimanche 16 septembre sur M6 dans 66 Minutes

Un reportage de Camille Le Pomellec et Iliza Rukwavu
Parler chinois serait devenu un passeport pour la réussite !,. En cette rentrée scolaire, les élèves n’ont jamais été aussi nombreux à opter pour le mandarin… Ils sont 30.000 à avoir franchi le pas ; Aujourd’hui en France, le chinois est la cinquième langue la plus enseignée.
Symbole de prestige et de réussite scolaire, apprendre le chinois est ambitieux, avec ces milliers de caractères et sa prononciation fastidieuse. Mais cela n’effraie pas Julia, 12 ans, cette jeune fille pense à l’avenir et ne doute pas que le chinois, qu’elle apprend avec application, sera un atout pour sa carrière, alors qu’importe les heures de cours supplémentaires.
Mais cette nouvelle folie du chinois touche aussi les plus jeunes, les classes privées se multiplient à Paris où les parents désireux de voir rentrer leurs enfants dans les meilleures écoles inscrivent leurs bambins dès leur plus jeune âge. Elizabeth qui a grandi en Chine donne des cours à des enfants, qui n’ont parfois pas six ans. Ses élèves sont de plus en plus nombreux et elle espère même pouvoir ouvrir sa propre école d’ici quelques années.
D’autres vont encore plus loin pour faciliter l’apprentissage du chinois à leurs enfants. A cinq et sept ans, deux petits garçons voient arriver leur nouvelle nounou, une chinoise qui ne leur parlera pas en français. Une immersion totale dans la culture et dans la langue. Mais ce n’est pas un cas isolé, en trois ans, les parents à vouloir une nounou chinoise ont été vingt fois plus nombreux.
0

Les dopés des études, diffusé sur M6 dans 66 Minutes dimanche 3 juin.

Un reportage d'Alexia Sauvageon
A l’approche des examens comme le bac ou les concours d’entrée aux grandes écoles, le stress monte. Des conseils de médecins aux compléments alimentaires, tous les moyens sont bons. Un étudiant sur cinq a recours à des produits énergisants. Mais certains vont beaucoup plus loin. Prêts à tout pour réussir, ils n’hésitent pas à se procurer des médicaments dangereux et utilisés à contre-emploi. Ils espèrent ainsi booster leur mémoire et leur concentration. Ils le font au péril de leur santé, des dizaines de jeunes en sont morts dans le monde
0

La madone des singes, diffusé le 12 mai sur TF1 dans Reportages.

Un reportage de Jean-Christophe Brisard
En plein cœur de la forêt péruvienne, la Française Hélène Collongues tente de sauver les derniers grands singes d’Amazonie : les singes laineux. Le trafic d’animaux sauvage, la chasse et la déforestation sont autant de menaces pour ces primates. Si rien n’est fait, ils risquent de disparaître des forêts péruviennes. Ce combat, Hélène le mène depuis près de 20 ans. Et c’est un succès. Cette tonique cinquantenaire a réussi à créer un sanctuaire de 60 hectares aux confins de l’Amazonie du Pérou pour sauvegarder les singes laineux. A la tête de son association Ikamaperu, elle implique concrètement les Indiens de la région dans son combat et mène la vie dure aux trafiquants d’animaux ainsi qu’aux zoos qui possèdent illégalement ces singes en voie d’extinction. « Mon objectif, raconte la Française, est de réhabituer les primates à vivre dans la forêt. En général, je les récupère dans un sale état. La plupart sont très jeunes, presque des bébés. Ils sont traumatisés et ont été nourris aux sucreries et aux sodas. Il faut plusieurs mois pour les tirer d’affaire. » Très populaire dans la région, celle que les enfants appellent maintenant « Notre Dame des singes » sait que rien n’est acquis. Tant que les Indiens resteront dans un état de survie, ils continueront de chasser les singes. Le combat de la Française ne fait que commencer.
0

Pondichery, l'Inde version Française diffusé le 28 avril sur TF1 dans Reportages

Un reportage de Julie Peyrard
Pondichéry, ancien comptoir français, point minuscule sur la côte Est de l'Inde est une ville assoupie au creux du Golfe du Bengale qui séduit de plus en plus de Français. Près de 60 ans après son indépendance, ils viennent s’installer dans celle qu’on appelle tendrement «Pondy», y goûter ce savoureux mélange entre Orient et Occident. C’est le cas de la famille Guyon : à plus de 7.000 kilomètres de là, dans le brouillard du Pays haut, en Moselle, ils se préparent au grand saut. Loubna et Laurent ont décidé de quitter la Lorraine, pour la plus française des villes d'Orient, Pondichéry. Les Guyon tentent l’aventure, version famille nombreuse, avec leur quatre enfants. Laurent a décroché un contrat d’ingénieur de trois ans sous les tropiques et Loubna, ingénieur elle aussi, se donne six mois pour retrouver un emploi, là-bas... le temps de s’installer.
0

Les fraudeurs du logement diffusé le 25 Mars sur M6 dans 66 Minutes.

Un reportage d'Alexia Sauvageon.
La hausse des loyers, des salaires qui ne suivent plus, des bailleurs zélés qui demandent de plus en plus de garanties… Aujourd’hui 6 Français sur 10 ne répondent plus aux critères exigés pour obtenir une location.   Alors, certaines personnes n’hésitent pas à se mettre hors la loi. De plus en plus nombreux, des locataires en galère falsifient leurs fiches de paie, truquent leurs dossiers pour espérer accéder à un logement. D’autres profitent de cette situation et s’improvisent faussaires. Pour se protéger, les agences immobilières font appel à des enquêteurs d’un genre nouveau…
0

Jericoacoara : les lagons du désert, diffusé vendredi 3 février dans Thalassa sur France 3.

Un reportage d'Alexandre Bouchet et David Mutzenmacher.
Jericoacoara est un paradis coupé du monde. Une oasis au milieu d’un océan de sable à laquelle on ne peut accéder que par la mer ou en traversant les dunes.
Jericoacoara – littéralement, « le caïman couché sous le soleil », c’est aussi un parc national de plus de 8 000 hectares. C’est enfin un village tropical au bord d’une plage classée parmi les plus belles du monde : trois rues et une centaine de « pousadas ». Elles n’étaient qu’une dizaine il y a quinze ans, à l’heure où l’endroit n’était encore connu que d’une poignée d’initiés et où les habitants s’éclairaient aux lumières à gaz. Depuis 10 ans, « Jeri » possède l’électricité, mais il est toujours de rigueur de lézarder, pieds nus, dans ses ruelles ensablées, qui, toutes, convergent en un même point: la grande dune, face à l’océan.
En un rituel immuable, les habitants s’y donnent rendez-vous, chaque soir, à l’heure du coucher du soleil. Reste que les richesses de cette région commencent à susciter des convoitises. Des nouveaux venus entendent en tirer profit.
0

Hainan: l'île chinoise pour millionnaires, diffusé le 29 janvier sur M6 dans 66 Minutes.

Un reportage de Jean-Christophe Brisard.
Wang Dafu est un milliardaire chinois de 45 ans. Il a fait fortune dans l’immobilier et a pour ambition de créer le Miami d’Asie. Ce sera dans l’île de Hainan au sud de la Chine. Bientôt, tous les millionnaires de l’Empire du Milieu viendront se détendre ici. Dans ses projets immobiliers démesurés, Wang Dafu peut compter sur le soutien des autorités du pays. Pour le milliardaire tout est donc possible. Y compris exproprier des milliers de pauvres pêcheurs qui vivent sur les plus belles côtes de l’île. A la place de leurs quartiers il y aura dans quelques mois de luxueux complexes hôteliers et des marinas pour nouveaux riches chinois. Même si une partie des pêcheurs osent s’opposer à ce projet, Wang Dafu sait s’y prendre pour s’attirer les bonnes grâces des membres du Parti communiste chinois : vins français, parties de golf, soirées de gala… Des méthodes capitalistes au pays de Mao.
0

Tsingtao diffusé le 20 janvier sur France 3 dans Thalassa.

Un film de Jérôme Fritel.
Sable blanc, eaux claires, touristes par millions, Tsing Tao est la station balnéaire de la nouvelle classe moyenne chinoise. Construite sur les bords de la Mer Jaune, autour d’une baie naturelle, la ville est située à mi-chemin entre Pékin et Shanghai, ce qui en fait la première destination touristique des Chinois : 40 millions de visiteurs par an, pour la plupart originaires des campagnes, venus découvrir la mer pour la première fois. Ancienne ville coloniale allemande, elle en a gardé l’architecture et… le goût de la bière. C’est en effet ici qu’est brassée la Tsingtao, mondialement célèbre. Mao Tsé Toung en avait fait sa destination de week-end préférée, suivi par Deng Xiao Ping, le « père » de la Chine moderne, qui y a développé le tourisme de masse. Depuis, l’apparition il y a une quinzaine d’années des premiers congés payés, baptisés « les semaines en or », Tsingtao est devenue la vitrine du « farniente » Made in China. Choisie pour accueillir les épreuves de voile lors des derniers Jeux Olympiques, Tsingtao se rêve aujourd’hui en Miami de l’Extrême-Orient.
Pages:1234